Sélectionner une page
Croisières et Voyages

Reportage

Il s’appelle «Encore», comme le scandale les Américains quand ils réclament un rappel à la fin d’un spectacle. Le nom de baptême choisi pour la quatrième et dernière Breakaway Plus construit aux chantiers allemands Meyer Werft de Papenburg veut en finir avec la série exploitée par l'armateur américain Norwegian Cruise Line (NCL), après les évasion norvégienne (2015) , Norwegian Joy (2017) et Norwegian Bliss (2018).

(© NCL)

Pour l’inauguration, la compagnie avait invité 2000 personnes – médias et agents de voyages essentiellement – pour visiteurs dix-septièmes expédiés par les chantiers allemands Meyer le 30 octobre. Une croisière de présentation avec permis de rallier Southampton, depuis Bremerhaven. Etant, avant que le navire battant pavillon bahaméen s’élance pour une transatlantique vers New-York et la côte est américaine. Les croisières sont programmées entre Miami et les Caraïbes dans les prochains mois, puis entre New-York, les Bermudes, le Canada et la Nouvelle-Angleterre. L'été et l'automne 2020. The Norwegian redescendra in the Caribbean pendant la saison hivernale 2020-2021, avant de franchir Panama pour aller se positionner à Seattle afin d’émmener ses passagers en Alaska pendant l’été 2021.

(© NCL)

Long de 333,4 mètres pour une largeur de 41,4 mètres et une jauge de 169,145 GT, le fastueux navire, dont la construction avait commencé le 9 janvier 2018, peut naviguer à 23 heures, embarquer 3998 passagers (sur la base d'une capacité en base double). Entre le pont, la machine et l’hôtellerie, le paquebot est armé par un équipage de 1735 personnes, de 70 nationalités différentes, dont une grande partie est philippine. Comme à son habitude, NCL a confié la réalisation de parure de coque à un artiste. Cette fois, c’est Eduardo Arranz-Bravo, peintre espagnol qui avait été choisi pour représenter les Jeux olympiques de Barcelone en 1992, aux côtés de deux autres artistes. L’oeuvre se veut un labyrinthe de couleurs inspiré de la vie d’Arranz-Bravo au bord de la mer à Barcelone », indique NCL.

(© MER ET MARINE – GAEL COGNE)

On a souligné ses efforts pour réduire son impact environnemental, son rapport final, son nouveau fleuron, ses multiples reprises, il a également été modifié. Pailles en plastique (50 millions de dollars) et autres flacons jetables à shampooing… Par contre, quand on pose des questions sur l’enregistrement de la propulsion et des sous-produits pour l’environnement, comme le gaz naturel, les patrons de NCL disent que l'idée n'est pas exclue, mais qu'il n'a pas été prévu dans l'immédiat de réaliser un paquebot GNL, notamment pour la prochaine classe de la compagnie, les Leonardo, qui sortiront des chantiers italiens Fincantieri entre 2022 et 2027. Curieuse position quand on dit que tous les autres grands armateurs à la croisière sont engagés dans cette voie et que le constructeur du Norwegian Encor Nous sommes dans le domaine, avec la livraison en décembre 2018 du premier navire du genre, l’AIDAnova, réalisé par Meyer pour la compagnie allemande AIDA Cruises. À ce jour, 24 autres grands paquebots fonctionnant sur GNL sont en construction ou en commande dans les chantiers allemands, français, finlandais et italiens. Chez NCL, on a progressé sur les économies d'énergie, mais avec un objectif, une taille identique, un gain de 20 à 25% sur Leonardo .

(diaporama2)

Sans surprise, le norvégien Encore une fois ressemble à ses aînés, en particulier le norvégien Bliss, avec son immense salon d'observation au pont 15. Surmontant la proue, on peut y admirer le paysage, tout en écoutant un morceau de piano main, confortablement installé dans les canapés, les banquettes et les fauteuils, cet espace est conçu pour conserver une certaine intimité.

(diaporama3)

Sur les ponts supérieurs (16 à 20), un jeu laser, un espace dédié aux simulateurs, un parc aquatique (avec toboggans, piscines), un Spa (salon de beauté, salles de massages, barbier, manucure, thermes…), des salles de sport, une piste pour le footing, des bars et restaurants… Le Speedway est une impressionnante piste de karting avec 10 virages sur deux niveaux débordant au-dessus du franc-bord. Elle mesure 350 mètres de long, là où celle du Bliss n'en faisait 300. C'est la plus grande piste de course en mer. Le Laser Tag de 850 m2, tout à l’arrière projette les joueurs dans un univers de ruines où une créature marine. En dessous, le Galaxy Pavillion, sur une superficie de près de 1000 m2, permet des expériences immersives. Un masque et une machine sur une machine, lors d'une impression sur un vol en deltaplane, faites un tour dans les montagnes russes, participez à un cours de formule 1 ou encore un lecteur de carte à travers un puits . À l’Aquapark, les toboggans aquatiques sur plusieurs niveaux avec des boucles complètent l’offre en sensations fortes. Plus calme, des bains de soleil bordent la piscine où l’on peut siroter un cocktail.

(diaporama4)

Une partie des ponts supérieurs, en norvégien Encore, n’est accessible que pour les clients ayant souscrits à l’offre The Haven. Ils étaient alors d'un «bateau dans le bateau». Cinquante cabines sont réunies dans cet espace privé, trente autres dispersées par ailleurs, notamment à proximité du Spa. Accessible avec un passe, The Haven permet de trouver plus d'intimité dans le régime, avec un service de luxe: concierge, maître d'hôtel, places réservées aux spectacles, accès prioritaire lors d'embarquements et de débarquements… The Haven a son salon d’observation, bar salon, bar, cour, bassin, restaurant, solarium. Les plus grandes cabines peuvent accueillir une famille de six personnes.

(diaporama5)

Other offre spéciale, NCL reprend son concept de studios dédiés aux célibataires. Ces 82 petites cabines sont regroupées au centre du bateau. Un écran, fait de bureau virtuel, redécouvre la vue en temps réel. Des cabines communiquent entre elles. L’ensemble dispose d’un salon collectif, des Studios Lounge, avec restauration de pièces pour se détendre ou se faire des rencontres.

(diaporama6)

(diaporama7)

Sous les cabines, réparties entre les ponts 9 à 15 longs couloirs où les petits poissons captivent le sens de la marche, se placent au deuxième centre de distractions du navire, entre les ponts 6 à 8. On Thes Theatre, 900 lieux où sont alliés des spectacles primés venus de Broadway (Kinky Boots, Choeur d'un homme), The Cavern (un hommage aux Beatles), le Social (avec des spectacles d'humoristes début de soirée avant de laisser place aux DJs tard dans la nuit), des boutiques de luxe autour de l'Atrium, une cave à cigares, des bars à thèmes (rhum, whisky, vin, bière), un casino (avec des tables de jeux comme machines à sous) .

(diaporama8)

Côté restaurants, l’offre est pléthorique. Cela va du Garden Café, immense buffet au pont 16, aux restaurants de spécialités (mexicain, italien, français, texan, asiatique, japonais…), en passant par la salle de réception de luxe Manhattan Salle haute de deux ponts. Sans compter un glacier ou encore un dîner américain, il semble que ce soit sorti des années 50. En tout, il existe 27 options de restauration. En une semaine, on pourrait ne pas tester toutes.

(diaporama9)

Enfin, pour les enfants et les adolescents, en plus de la piscine à l'extérieur où ils ont été réservés, des lieux d'accueils ont été prévus pour le pont 8. En fonction de leur âge, ils peuvent être accueillis avec leurs parents Guppies, à partir de 6 mois jusqu'à deux ans, seuls à la Splash Academy de 3 à 12 ans, ou à l'espace Entourage pour les adultes, qui peuvent aussi accéder à une salle de jeux d'arcade.

(© NCL)